pas vouloir la lumiere

o lampe au bec d’argent, mes yeux t’apercoivent dans les airs, compagne de la voute des cathedrales, et cherchent la raison de cette suspension. on dit que tes lueurs eclairent pendant la nuit la tourbe de ceux qui viennent adorer le tout puissant et que tu montres aux repentis le chemin qui mene a l’autel. ecoute, c’est fort possible, mais est ce que tu as besoin de rendre de pareils services a ceux auxquels tu ne dois rien? laisse, plongées dans les tenebres, les colonnes des basiliques. et, lorsque une bouffée de la tempete sur laquelle le demon tourbillonne, emporté dans l’espace, penetrera, avec lui, dans le saint lieu, en y repandant l’effroi, au lieu de lutter, courageusement, contre la rafale empestée du prince du mal, eteins toi subitement, sous son souffle fievreux, pour qu’il puisse, sans qu’on le voie, choisir ses victimes parmi les croyants agenouillés. si tu fais cela, tu peux dire que je te devrai tout mon bonheur. quand tu reluis ainsi, en repandant tes clartés indecises, mais suffisantes, je n’ose pas me livrer aux suggestions de mon caractere, et je reste, sous le portique sacré, en regardant par le portail entre ouvert, ceux qui echappent a ma vengeance, dans le sein du seigneur

Advertisements
This entry was posted by Tournapin.

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: