multiplication de la realite

les couleurs prendront une energie multipliée et entreront dans le cerveau avec une intensité victorieuse. delicates, mediocres ou mauvaises, les peintures des plafonds revetiront un monde effrayante; les plus grossiers papiers peints qui tapissent les murs des auberges se creuseront comme de dioramas. les nymphes aux chairs eclatantes vous regardent avec leurs grands yeux d’une facon plus profonde et plus limpide que le ciel et que l’eau. les personnages de l’antiquité couverts de leurs costumes de leurs epoques echangent avec vous par le simple regard de solennelles confidences. les formes des lignes est un langage clair ou vous lisez l’agitation et le desir des ames. cependant se developpe cet etat mysterieux et temporaire de l’esprit ou la profondeur de la vie se revele tout entiere dans le spectacle, si trivial qu’il soit, qu’on a sous les yeux, ou le premier objet venu devient symbole vivant. des personnages s’encarnent dans le vegetal et l’animal et au lieu de communiquer par la voix, ils vous endoctrinent par la forme et par la couleur. l’intelligence de l’allegorie prend en vous des proportions inconnues a vous meme. nous noterons que l’allgorie est vraiment l’une des formes primitives et les plus naturelles de la poesie, et elle a comme coutume de reprendre sa domination legitime dans l’intelligence illuminée par l’ivresse. la vie est colorée en solennité et en eclaire tout. horizons fuyants, paysages dentelés, perspectives de villes blanchies par la lividité cadavereuse de l’orage ou illuminées par les ardeurs des soleils couchants, profondeurs de l’espace, profondeur du temps, danse, les gestes ou les declamations des hommes, la premiere phrase venue si vos yeux tombent sur un livre, tout se dresse devant vous avec une gloire nouvelle non soupconnée jusqu’a ce moment ci. la musique, autre langue chere aux esprits profonds qui cherchent le delassement dans la variete du travail, vous parle de vous meme et vous raconte le poeme de votre vie. elle s’incorpore a vous, et vous vous fondez a elle. elle parle sur votre passion, non pas d’une maniere vague et indefinie, comme cest l’habitude aux soirées nonchalantes, un jour d’opera, mais d’une maniere circonstanciée et positive, chaque partie du rythme marquant un mouvement connu de votre ame. l’air entier entrant dans votre cerveau doué de vie

Advertisements
This entry was posted by Tournapin.

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: