era et histoires se repetent pas

en parlant de la problématique générale du discours historique comme indice de modernité, en se rappelant que les mots que nous employons ne sont pas neutres et que trop souvent les sciences humaines, voulant décalquer les sciences de la nature, manifestent une arrogance insupportable en présupposant la neutralité de leur jargon conceptuel. toute histoire, quelle qu’elle soit, où qu’elle se déploie, est toujours le post d’un état précédent. en d’autres mots toute l’histoire humaine est, depuis ses origines inconnues et inconnaissables, une succession de situations singulières, qui ne se peuvent répéter jamais de manière identique. voila qui est précisément notre conception moderne de l’histoire, de l’histoire-discours, de l’histoire-narration sur les événements, ou mieux sur une sélection d’événements variables selon l’esprit d’une époque. c’est pourquoi l’histoire comme événement ne se répète jamais ou, si elle tend à le faire, elle se présente alors comme la caricature de son modèle initial, une pantalonnade comme dissent les gens

Advertisements
This entry was posted by Tournapin.

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: