cent mains ca fais le pouvoir

Minuit arrive, on ne voit plus un seul omnibus dans le cartier des ombres. Je me trompe ; en viola un qui viens d’apparaitre, comme s’il sortait du fond de la terre. Les quelques passants attardés le regardent car il paraît ne ressembler à aucun autre et ca donne des souvenirs de infance et voyages, et envies de disparaitre en prennant un. Des hommes qui ont l’oeil immobile sont assis a l’imperiale. Ils sont pressés les uns contre les autres, et paraissent avoir perdu l’espirit. Lorsque le cocher donne un coup de fouet à ses chevaux, on dirait que c’est le fouet qui inspire son bras a bouger, et pas son bras le fouet. Que doit être cet assemblage d’êtres qu’on voit ? Sont-ce des habitants de cette monde des mortels ? Il y a des moments où on serait tenté de le croire ; mais, ils ressemblent plutôt à des cadavres. L’omnibus, pressé d’arriver à sa dernière station, dévore l’espace, et fait craquer tout autour de lui… Il s’enfuit !… Mais quelque chose le poursuit en suivant ses traces, au milieu de la poussière. “arrêtez de vous separer du sol, je vous en supplie ; arrêtez… mes jambes sont gonflées d’avoir marché autant… je sais pas ou je suis… je etais abandone ici et je pense que quelque chose a ete enleve de ma substance… je ne sais plus quoi faire… je veux retourner chez moi, et j’y serais vite arrivé, si vous m’accordiez une place. Vous avez la cle” A lui, une masse informe le poursuit avec acharnement, sur ses traces, au milieu de la poussière, comme une chaine. Un de ces hommes, à l’oeil froid, donne une signe à son voisin, et paraît lui exprimer son mécontentement de ces gémissements au timbre argentin, qui lui parviennent jusqu’à l’oreille. L’autre baisse la tete en forme de desaprovation, et se replonge dans l’immobilité de son égoïsme. Tout indique dans les traits des autres voyageurs les mêmes sentiments que celles du deux premiers. Les cris se font entendre pendant deux ou trois minutes, plus perçants a chaque segonde. L’on voit des fenêtres s’ouvrir dans le boulevard entre les ombres, et une figure effarée qui disparaisse entre elles comme le soleil dans l’horizon. Quelle impuissance, quelle injustice. “il se enfuis” le gens pensent. Mais la verite est different et seulement ceux qui ont larmes dans les yeux peuvent ce apercevoir. Mais au moment de le dire il seront mange par des requin. Pour etre si faibles, ils le meritent presque. Seul, un ourse qui se bagnait dans la rêverie, au milieu de ces personnages de pierre, paraît ressentir pitié pour le malheur de l’enfant, qui croit pouvoir l’atteindre, avec ses petites jambes, il n’ose pas élever la voix a cause des autres hommes lui jettent des regards de mépris et d’autorité, et il sait qu’il ne peut rien faire contre ce foule. T’es ou toi, dans le omnibus ou dans l’eau. A voila que le ticket cest déjà paye, mais c’etais pas comme ca toujours, et cest ca la seule chose qui me honte vraiment, le fait que je sait pas pour quoi t’es parti de l’eau, toi qui etait different. Le coude appuyé sur mes genoux et la tête entre mes mains, je me demande, si c’est là vraiment ce qu’on appelle la condition humaine. Le jeune ourse reconnaît alors que ce n’est qu’un vain mot, qu’on ne trouve plus même dans le langage, et avoue avec franchise qu’il a eu tort. Il se dit : “pourquoi s’intéresser à un petit enfant, il y a pleins de enfants comme lui, quelle difference ferait-il, avec la crisis, la recession, les nombres des chomages qui augmentent, les impots” Cependant, une larme roule sur la joue de cet adolescent, qui vient de renoncer. Il passe péniblement la main sur son front, comme pour écarter un nuage. Mais le nuage restera.

Advertisements
This entry was posted by Tournapin.

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: