sur la façon qu’on eprouve des emotions qui viennent de nul part

Apres avoir bu a la source des fleuves, ils sont descendus jusque dans la vallee spacieuse ou l’arbre se tient debout, droit comme un homme important. Et cet arbre tire sa seve des quatre coins de l’horizon, il plonge ses racines dans toute terre, et les pierres meme sont dissoutes dans cette etreinte tentaculiere; obscurement, mais tres certainement, ses racines aiment tout, veulent tout, absorbent toutconnaissent tout du contact le plus intime qui est l’assimilation, font l’inventaire minutieux de toute richesse enfouie au sein du limon originel, elaborent et transforment en fruit l’experience conquerante des radiocelles. Et que dirais-je des feuilles, plus exaltees dans le soleil que des oiseaux de feu. Tout l’espace leur est nouriture et le vent, et la pluie, et les nuages gonfles de foudre et la lumiere meme qui leur verse l’eau limpide refractaire a la cendre. Les branches ont des detours savants pour eviter les rayons metalliques du soleil de midi et pour se dessiner un chemin dans le dur azur du soir, serti de diamants.

Advertisements
This entry was posted by Tournapin.

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: